mardi 5 août 2014

Le sabre en Europe médiévale, partie 2 : le sabre, arme dérivée de l'outil

          Le sabre, arme par destination dérivée de l'outil :

Par essence, une lame à double tranchant est uniquement guerrière ou, du moins, meurtrière : les deux tranchants limitent les zones de frottement sur la cible (il n'y a pas de dos de lame plat, qui est inutile lors de la pénétration, mais un second tranchant qui, comme le premier, entame la chair) et permettent donc une pénétration plus aisée, augmentent les dégâts causés en permettant d'atteindre plus de surface et donc plus d'organes ou d'artères, autorise n'importe quelle tenue de l'arme sans se soucier de l'orientation du tranchant, etc. Même au moyen-âge, période durant laquelle le banditisme de grand chemin était plus développé qu'actuellement et qui subissait une criminalité urbaine équivalente à celle qu'on connaît de nos jours en plus des troupes sans chefs qui pillaient les terres, des pirates qui remontaient les fleuves, des mercenaires en maraude et des chevaliers-brigands, il était rare pour un homme du peuple de devoir tuer un homme et il n'avait généralement pas le droit de chasser. Il n'avait donc aucun intérêt à posséder un objet clairement meurtrier ou martial.
Par contre, on avait toujours besoin d'un outil universel et cet outil, c'est le couteau. Muni d'une lame à simple tranchant (puisqu'un double tranchant est inutile, voir gênant), il sert aux tâches usuelles, à l'entretien du corps, à la nutrition et éventuellement à la défense face à un animal (y compris bipède). Dans le milieu artisanal ou agricole, il est de grande taille, parfois grand comme une épée (auquel cas son simple tranchant en fait, de facto, un sabre), sert pour toutes sortes de tâches allant de l'élagage des arbres à la défense rapprochée, en passant par le débitage d'une carcasse ou le fendage d'une bûche. On s'en sert pour tailler un pare-feu ou une voie dans une forêt, creuser une tranchée autour d'un campement, former des fascines de branchages, s'exercer physiquement en pratiquant l'escrime, faire levier pour soulever une pierre, enfoncer un clou, etc. En fait, on s'en sert pour tout et il en existe un nombre incalculable de déclinaisons : couteau de vannier, sabre d'abatis, équarrissoir, feuille de boucher, faux à main (opposée à le faux sur hampe), fendoir, hachoir à viande, couteau de vénerie, couteaux de bouchers divers (dont certains ont des dimensions impressionnantes, comme le couteau « batte » destiné à découper et attendrir de gros quartiers de viande et muni d'une lame d'environ 50 cm), couteau de charpentier et encore bien d'autres.
Lorsqu'on était recruté dans l'« ost », une sorte d'armée de conscrits, on n'avait pas forcément de dotation armurière et il n'était pas toujours possible de contracter un prêt pour s'armer. Ainsi, le pauvre devait se contenter de ce qu'il avait : un soc de charrue fixé au bout d'un tronc de châtaigner, un sabre d'abatis (une machette) et un couteau utilitaire de moyenne longueur (12 à 15 cm de lame) auxquels il ajoutait éventuellement un gourdin fait d'une grosse branche et même des couteaux de table et des pics à viande (l'ancêtre de la fourchette) et quatre ou cinq mètres de cordelette qu'il tressait durant son temps libre pour en faire une fronde, arme de fortune mais néanmoins très efficace. Ainsi, d'outils agricoles transformés ou utilisés sous leur forme originelle, naquirent (respectivement et au fur et à mesure du temps) la vouge, le malchus (terme perdu de nos jours et qu'on remplace par « fauchon », d'où la confusion avec l'authentique fauchon. "Malchus" est déjà le nom du grand couteau/sabre d'abatis avant même qu'il n'évolue vers un type d'arme par nature), le poignard, la masse d'arme, le stylet et le gibet (fronde militaire montée sur hampe).
Ces objets sont des armes de facto, parce qu'il faut se rendre à l'évidence : un objet n'a pas besoin d'être une arme, un objet spécifiquement meurtrier, pour tuer. Fred Perrin, grand nom du combat rapproché actuel, enseigne dans son ouvrage « Combat à l'Arme Blanche » que le « couteau de combat » se définit comme « le couteau avec lequel on se bat ». À partir de cette définition et avec un minimum de bon sens, il apparaît comme évident qu'un bon couteau de cuisine n'a rien à envier à un quelconque poignard spécifiquement destiné à tuer : on fait entrer le bout pointu dans la cible, elle meurt. Alors le sabre d'abatis, le couteau paysan qui est plus connu de nos jours sous le nom de « machette », devient une arme à part entière. Au moyen-âge, on en compte de très nombreuses déclinaisons, dont les plus connues sont le « messer » germanique, le « scramasaxe » franc et scandinave, le « breekmes » ou « breecmes » des peuples de l'actuelle Belgique et qui donnera le « braquemard » (dont le nom aura plusieurs signification au cours du moyen-âge).
Le scramasaxe tient son origine à la fois dans les épées à simple tranchant de l'antiquité que nous avons évoquées dans le chapitre précédent, dans le couteau agricole et dans le couteau de la vie de tous les jours (ce qu'on nomme actuellement le « EDC », « Every Day Carry », le couteau à porter en permanence). On le trouve dans de nombreuses formes et longueurs qui ont été classifiées par Wheeler (formes de lames) et Schmitt (longueur et largeur). On le trouve à partir du VIe siècle mais il a existé des formes prototypes et transitionnelles avant cette période. Il perdurera jusqu'aux environs du XIIe siècle, à la fin duquel il laisse place à des armes plus évoluées, pertinentes ou, tout simplement, plus à la mode. Le scramasaxe se trouve en toutes tailles de lames, de 10 à 85 cm. Les modèles civils ont des poignées goupillées rappelant les sabres plus tardifs d'Europe de l'Est ou les sabres japonais, avec des lames à simple tranchant très élégantes de forme clip-point ou drop-point (selon région, époque et peuple utilisateur). Tous en portaient et, fatalement, vint un jour où, à force de l'utiliser comme arme d'appoint (et même souvent comme arme principale), les guerriers ont fini par le « militariser ». Ont alors existé parallèlement des modèles construits comme de réelles épées, avec gardes et pommeaux, et des modèles dits « civils », fabriqués comme des couteaux et qui, eux, n'étaient pas limités au rôle martial. Le scramasaxe a été une des armes les plus répandues du moyen-âge, on en trouve de Paris à Kiev et d'Aberdeen à Naple. Les guerriers utilisaient des scramasaxes comme armes principales, même ceux qui avaient les moyens de s'acheter une épée et il était fréquent (sinon parfaitement conventionnel) d'utiliser le scramasaxe et l'épée (ou deux scramasaxes) dans un duo rappelant le daïsho japonais ou les akinakès (là aussi de deux longueurs différentes) des guerriers Scythes. Les différentes longueurs et largeurs de lames portent des noms spécifiques comme « schmalsax » (petit), « breitsax » (large), « langsax » (long), etc. Du scramasaxe de grande longueur, les scandinaves ont apparemment dérivé une épée à simple tranchant, sans courbure, à dos droit, dont les dimensions et l'esthétique sont exactement les mêmes que celles de leurs épées à double tranchant. On retrouve donc un schéma semblable au fauchon (une arme à simple tranchant mais construite comme une épée, avec les mêmes éléments de monture et suivant les mêmes modes au fil du temps) chez les vikings du VIIe au Xe siècle mais, contrairement au fauchon qui a toujours été une arme, on assiste là à l'évolution d'un outil pour en faire une arme. Cette forme de sabre droit, qui n'avait alors plus vraiment rapport avec le scramasaxe (sinon son simple tranchant), a eu beaucoup de succès en Norvège.


Les typologies de Georg Schmitt et de Wheeler, les deux ressources les plus importantes sur les différents types de scramasaxes. Sont ainsi présentés ici les longueurs et les formes que pouvait prendre le scramasaxe, selon le lieu et le peuple utilisateur.

Un excellent exemple d'épée scandinave à simple tranchant (Xe siècle pour ce modèle). On admet que ce type d'épée est une dérivation des scramasaxes à vocation militaire. Si on ne voit pas la lame, on ne peut différencier ce sabre d'une épée viking à double tranchant. Relativement répandues en Norvège, on en trouve aussi en Suède, au Danemark et en Finlande. On en retrouve même au Nord de l'actuelle Allemagne, au Nord de la France et en Angleterre.

Le messer germanique a connu une histoire similaire. Plus tardif, il a été utilisé du XIV au XVIe ou XVIIe siècle et a connu de nombreuses déclinaisons. Les lames sont, là encore, aussi bien drop-point que clip-point et la poignée, disposant d'une garde et d'un pommeau (ou plutôt de deux mitres, en vérité), est montée à plate semelle et maintenue par des goupilles, souvent tubulaires (donc creuses). Ce type de monture est caractéristique du couteau et non de l'épée ou du sabre. Les lames mesurent environ 50 à 70 cm, disposent d'un simple tranchant et sont faiblement ou pas du tout courbées, les gardes ont ou non des quillons. Le terme allemand « messer » signifie « couteau ». C'est un outil agricole qui servait aux diverses tâches de la vie aux champs et à la protection rapprochée (on parle parfois de "hausswehr", "arme de la maison", sous entendu "arme pour la défense du domicile"). De la même manière que le scramasaxe, le messer a été utilisé au combat et, de fait, il est devenu au cours du temps une réelle arme, utilisée par les guerriers de métier et même les nobles, qui d'ailleurs semblent avoir beaucoup apprécié ses qualités comme arme de chasse (car à l'époque il était fréquent de chasser au corps à corps, donc à l'épée, au sabre, au couteau). Un pan entier de l'escrime de l'époque lui est dédié et c'était une arme regardée avec respect et considération. Très rapidement, les quillons discrets se sont allongés pour former une garde suffisante pour le combat et un troisième quillon (qu'on appelle parfois "palmette", d'où le nom de "garde à palmette" qu'on donne à ce type de monture), recouvrant le haut et parfois le dos de la main, est apparu pour opérer des parades selon la méthode prescrite par les manuels d'escrime, qui préconisaient un maniement très aérien et des gestes fluides, profitant de retournement et de rotations du sabre pour présenter, selon l'action à opérer, le dos ou le tranchant. Cette manière de mouvoir l'arme n'est pas sans rappeler le maniement de certains sabres chinois ou celui de la canne courtoise française de l'ancien régime (il faut aussi préciser que la coupe étant un principe physique, il n'y a pas des centaines de manières de manier un objet tranchant, quelle que soit sa forme, mais une seule : celle qui permet de mettre en oeuvre ce principe physique. Ainsi, l'escrime à l'arme X n'est jamais vraiment différente de l'escrime à l'arme Y, quel que soit le peuple, l'époque, la forme de l'arme). L'objet, alors devenu une arme à proprement parler, a connu de nombreuses formes, allant du « grossemesser » (« grand couteau »), la forme originelle (poignée tenue à une main et lame de 50 à 70 cm environ), au kriegmesser (« couteau de guerre ») tenu à deux mains par une poignée d'une trentaine de centimètres et à lame de 90 à 120 cm, en passant par le « langmesser », tenu lui aussi à deux mains mais de taille intermédiaire entre les deux précédents-.

Le grossemesser typique, avec son troisième quillon qui recouvre la paume de la main (75 cm dont 62 de lame pour 955 grammes). On notera qu'il en existait en configuration droitière ou gauchère, ce qui prouve que l'usage de la main gauche n'était pas proscrit. L'ensemble du messer, du bauernwehr (grand couteau d'usage général dont la destination première est la défense rapprochée. Le terme signifie d'ailleurs "arme du paysan") et du set de couverts de table (un couteau et un pic à viande) constitue l'attirail quotidien de chacun à la campagne. Ainsi équipé, le conscrit avait tout ce qu'il fallait pour vivre et combattre lorsqu'il était engagé dans une quelconque armée, ce sans avoir à acheter un matériel clairement militaire qui ne lui aurait servi qu'une ou deux fois dans sa vie et aurait coûté très cher. Collection privée, propriété de Myarmoury.com.

Un langmesser à la forme peu représentée de nos jours mais ayant eu beaucoup de succès à l'époque, à lame droite et sans décroché à la pointe (forme "drop point" ou "spear point asymétrique"). Celui-ci dispose d'une poignée prévue pour deux mains mais d'une longueur totale suffisamment courte pour pouvoir être tenu d'une seul main. Poignée de 18 cm, lame de 70 cm. Reproduction, collection privée.

épée de chasse allemande ou bohémienne du XVIe siècle. On note la ressemblance frappante avec le langmesser. Utilisé à la guerre, un tel objet prend alors le nom de "kriegmesser". L'appellation "langes messer" signifie "messer long". Cet objet, de par se fonction d'épée de chasse et sa monture élaborée, est indéniablement une arme de noble et montre bien comme l'arme a évolué : certes peu dans sa forme, mais suffisamment pour qu'on fasse la différence entre l'outil agricole "brut de décoffrage" des premiers temps et l'arme de guerre noble et considérée qu'elle devint par la suite.

« Breecmes » est le nom donné au messer par les actuels belges et hollandais. Il a donné « braquemard » en français, terme qui a d'abord désigné des sabres du même type puis des « fortes épées », terme rapportant aux épées à lames larges et relativement courtes ayant côtoyé les premières rapières lors de la renaissance. Ont dérivé du messer un certain nombre de sabres de styles esthétiques disparates ayant eu du succès auprès des chevaliers et mercenaires du XVe au XVIIe siècle et qui étaient des armes clairement désignée et non plus des outils agricoles détournés de leur usage par nécessité.
Des équivalents au messer germanique ont existé à la même époque et même avant en Europe (le terme « messer » et la forme qu'on lui connaît datent du XIVe siècle, mais les germains utilisaient déjà des sabres d'abatis avant cette date, évidemment, comme tous les autres peuples) et on les appelait « malchus » en France, en Grande-Bretagne et dans le Saint Empire Romain-Germanique. De forme très proche du fauchon de Conyers (notamment la lame), on les appelle aujourd'hui très souvent, et improprement, « fauchon ». Ils se distinguent de l'authentique fauchon par la présence embryonnaire, voire l'absence totale, de quillons sur leur garde, qui est donc une simple mitre, et de réel pommeau qui, lorsqu'il n'est pas tout simplement absent, se limite à un capuchon qui termine la poignée (comme sur le messer, d'ailleurs). Ils ont eux aussi été utilisé à la guerre mais, là, uniquement par le bas-peuple puisque les nobles et les guerriers de métiers avaient déjà une arme de très exactement même forme mais plus évoluée et clairement dédiée au combat : le fauchon.
On utilise aussi le terme fauchon, là encore improprement, pour désigner tout type d'arme trop longue pour être un couteau et à simple tranchant. Le terme exact est « ensis », un mot tiré du latin qui a très exactement cette signification : tout ce qui n'est pas clairement une épée mais est trop long pour être un couteau. L'exemple le plus connu est le « fauchon de Maciejowski », une arme qui présente plus de similitudes avec certaines feuilles de boucher ou avec un équarrissoir qu'avec un fauchon, mais l'habitude d'utiliser ce terme à tort et à travers a fini d'entériner cette appellation. L'arme existe en de nombreuses déclinaisons, on la voit aux mains de miliciens, paysans et guerriers de métier mais pas chez les chevaliers. La lame dispose d'un tranchant et d'un dos droits ou légèrement courbés, de manière abrupte, dans une courbure rentrante (pour le tranchant) ou sortante (pour le dos) de faible amplitude. La pointe n'existe pas puisque la lame finit par un plat et le dos rejoint la pointe après un ou plusieurs décrochés successifs formant de petites pointes dont l'utilité reste à confirmer. Cette forme rappelle beaucoup les feuilles de boucher, qui disposent d'une lame massive, d'un tranchant droit, d'une pointe inexistante et éventuellement d'un ou plusieurs décrochés du même type servant à creuser, décoller la viande de l'os et briser les os. Cette forme étonnante a valu à l'arme d'être parfois nommée "feuille de houx". Cette arme atypique au succès grandissant ces quelques dernières années existe depuis les années 1160 au moins, puisqu'elle est représentée sur un bas relief de la Porta Romana du château Sforzescco à Milan. Des exemplaires de la taille d'une feuille de boucher, et identifiés comme tels, ont étés datés du VIIIe ou IXe siècle après leur découverte en Lombardie. Un essai que j'ai pu consulter sur les sabres médiévaux, trouvé au hasard de recherches et malheureusement anonyme et incomplet, témoigne de l'existence d'objets de ce type vus dans des catalogues de ventes aux enchères. Malheureusement, je n'ai pu jusque là en trouver aucunes photographies.

Le fameux "fauchon de Maciejowski", qui n'est effectivement pas un fauchon. Notez sa forme atypique et ses deux décrochés précédant un devant concave ne formant aucune pointe dans l'alignement de la lame. La poignée "parapluie" est typique de ce genre d'objets.

La "storta contadina" italienne, arme (ou outil, plus certainement) présentant une forme vaguement similaire à celle du fauchon de Maciejowski. Le nom de l'arme signifie "tranchoir de paysan", quoique ce modèle, avec ses nombreuses gravures et son crevé, semble être tout sauf un outil paysan. C'est la seule arme connue qui puisse être rapproché du fauchon de Maciejowski, les seuls autres objets approchant étant des outils. Il date du XVIIIe ou du XIXe siècle. Lors de ma dernières visite à Florence, où il est conservé, l'objet n'était malheureusement pas exposé et on n'a pas pu me renseigner sur son état. Référence 196 RE, Museo Nazionale del Bargello, Florence.

La bible de Maciejowski présente aussi un certain nombre (deux ou trois représentations au moins) de sabres semblables à des faux montés sur une poignée d'une trentaine de centimètres et dont ont aurait redressées les lames pour que le dos soit droit. En découle un sabre sans courbure ou à courbure sortante très faible dont le dos de la lame semble renforcé par un jonc (bulbe formé par le dos de la lame. Cette forme sert généralement à renforcer la rigidité de la lame, mais elle ne se voit pas au moyen-âge. Peut-être que ce n'est, en vérité, que le prolongement de la douille qui sert au montage de la poignée, comme sur une lance). La poignée est montée sur douille, renforçant l'impression d'une faux transformée. Néanmoins, l'efficacité de cette lame, montrée par le dessin d'un chevalier armuré de mailles coupé en deux d'une hanche jusqu'au milieu du ventre par un coup d'une telle arme réfute l'hypothèse de la faux redressée, puisque les faux ne sont pas faites d'acier trempé mais, au contraire, d'acier doux non trempé (ceci dans le but de pouvoir les réaffûter sans enlever de matière avec un simple marteau et une petite enclumette à fixer sur le pieds et donc les faire durer dans le temps, car le métal était cher. Couper des végétaux est une réelle épreuve pour un outil tranchant, ainsi il aurait fallu réaffûter (et donc enlever un peu de matière) très régulièrement si la faux était constituée d'acier dur et trempé). Une coupe efficace, surtout sur une protection métallique, demande une lame dure qui ne peut donc être celle d'une faux puisque les lames de faux, en plus de ne pas être durcies par la trempe, sont faites d'acier doux et donc mou. On note donc un objet dont on ne sait pas si c'est une arme atypique, un outil inconnu détourné de son usage ou une arme de fortune. C'est peut-être même une vue de l'esprit de l'illustrateur. Beaucoup de ces armes sont aussi vues montées sur des poignées pour une ou deux mains, dont les célèbres « manches de parapluies », mais aussi sur des hampes courtes, rappelant le « couteau de brêche » et la « vougesse » (tous deux désignant des vouges ou dérivés montés sur des hampes courtes).

Ce fameux sabre monté sur douille qu'on a un temps pensé être une lame de faux redressée. On note que l'efficacité de la coupe infirme cette théorie. Aussi étonnant que ça puisse paraître, ce n'est pas une vue d'esprit de l'auteur : un telle coupe était effectivement réalisable sur un homme en armure. L'armure du chevalier, bien qu'offrant une protection certaine, avait le même rôle qu'ont les gilets pare-balle actuels : rassurer les civils, car il est relativement rare qu'ils soient réellement efficaces, quoiqu'en disent leurs fabricants. L'arme est ici maniée par Josué, fils de Noun, dont la bible dit qu'il est armé d'une épée (j'insiste sur la précision du terme) et de javelots, mais pas d'un sabre ni d'une faux comme on voit sur cette représentation.

          La place du sabre en Europe médiévale :

Nous avons vu que les déclinaisons du sabre en Europe étaient très nombreuses durant le moyen-âge. On peut même avancer qu'il y avait bien plus de sabres que d'épées. Certes, on sait de nos jours que l'épée n'était pas l'apanage des nobles et que tous ceux qui avaient le droit de posséder pouvaient accéder à l'épée (pour peu qu'ils en aient les moyens financiers et y trouvent un quelconque intérêt), de plus on note que, si le sabre est très présent dans l'iconographie, il y a sans conteste cent fois plus d'épées représentées dans les ouvrages d'époque. Néanmoins, tout comme c'est le cas de nos jours, l'épée avait au moyen-âge un attrait esthétique, c'était un symbole. Il apparaît donc comme normal qu'elle soit plus représentée. Les trouvailles montrent que les sabres sont rares, mais ceci est aussi dû au fait que la majorité de ces sabres étaient des outils paysans et, donc, étaient reforgés à la fin de leur existence pour donner une nouvelle lame, plus à la mode ou plus pertinente en terme d'emploi (le fils d'un fermier n'était pas forcément fermier. Si il devenait charpentier, il utilisait le vieux sabre agricole de son père pour le faire reforger en hache, par exemple). On ne pouvait pas toujours, et même jamais, se permettre de conserver un kilogramme d'acier inutile alors que le métal coûtait très cher. Il apparaît donc comme évident qu'on en trouve si peu dans les fouilles archéologiques. Il ne faut aussi pas oublier qu'un outil reste un outil : le sabre du paysan est certes un sabre mais, surtout, il est paysan. Sa forme est étudiée pour assurer un rôle précis, rôle qu'une épée à double tranchant n'aurait pas pu remplir puisqu'elle-même est étudiée pour un autre rôle. Ainsi, il est normal qu'à choisir, le paysans, même pour s'armer en cas d'éventuel combat, aurait choisi non seulement l'objet qu'il a à portée de main, mais aussi l'objet qui lui est le plus familier : un sabre.
Très répandu auprès du peuple, le sabre était donc plus fréquent, pour le quidam, que l'épée à double tranchant qui restait un objet clairement meurtrier, guerrier, et donc cher (parce que fabriqué avec bien plus de soin et des techniques plus évoluées que le matériel agricole) en plus d'être inutile. Son efficacité tout a fait raisonnable (après tout, c'est une lame comme une autre : elle tranche et se plante, ainsi que toutes les autres) l'a mené à connaître des déclinaisons purement militaires qui lui ont donné grâce auprès des guerriers de métier. De plus, ceux-ci ont toujours apprécié les avantages d'une lame à simple tranchant, qui permettait d'utiliser le dos pour opérer des parades efficaces ou pour appuyer la taille en plaçant sa main dessus, et en ont toujours utilisé (même avant que des sabres paysans et des grands couteaux ne soient transformés en sabres guerriers). Le fauchon authentique atteste du succès, certes limité mais tout de même notable, du sabre auprès de la noblesse. Alors que la troupe, après la renaissance, se mettait à utiliser des fusils et ne se battait plus qu'à la baïonnette, la cavalerie s'est très rapidement et sans difficulté mise à utiliser massivement le sabre plutôt que l'épée, ce qui témoigne de l'habitude que les guerriers avaient déjà de cette forme d'arme. Lorsque les européens ont connu « Cipango », le Japon, les sabres qu'on y utilisait étaient très appréciés des arrivants, qui en ont ramenés chez eux et les ont même copiés. Deux exemplaires très richement décorés conservés au musée du chevalier de Dresde, en Allemagne, attestent de cet attrait pour le sabre, arme à la fois bien connue et exotique. On notera aussi une grande diversité de sabres montés comme des épées (donc, par définition, des fauchons) à partir du XVe siècle, où on en trouve de toutes tailles et de toutes sortes, aussi bien destinés au combat qu'à la parade. Les mercenaires germaniques, italiens et français en étaient de grands utilisateurs et ils étaient parfois aussi fréquents dans leurs rangs que les épées longues à double tranchant, qui connaissaient elles aussi, à cette époque, une grande variété de formes et de styles.
Enfin, on notera que le moyen-orient connaissait l'inverse : alors qu'à partir du XIVe siècle le sabre se généralise et supplante l'épée, qui disparaîtra presque totalement, on trouve tout de même certains modèles fabriqués sur place ou importés d'Europe. Le musée d'Alexandrie en conserve plusieurs, classées selon Oakeshott comme des épées de type « XVIIIc », un genre sous-représenté dans les trouvailles européennes mais fréquent dans l'iconographie et, surtout, caractéristique de l'idée qu'un profane se fait de l'épée européenne : élégante, mais massive, imposante.

Quelques exemples de sabres européens, dont une très large majorité de fauchons. Les deux derniers seulement n'en sont pas : le plus petit est un couteau de vénerie et le dernier, bien connu des historiens, est une interprétation du sabre oriental par un forgeron italien (l'arme reste fonctionnelle, ce n'est pas un outil de parade). Le premier exemplaire présenté est sans doute un malchus, un sabre paysan, plutôt qu'un réel fauchon. Malheureusement, contrairement à ce que dit la légende en bas de page, un carré n'est pas égal à un centimètre et, de fait, les dimensions sont faussées. De plus, les croquis ne sont pas tous à la même échelle. Néanmoins, cette image représente une ressource appréciable pour constater la diversité des modèles de sabres médiévaux européens, dont on n'a d'ailleurs ici qu'une représentation très partielle, tant les styles et formes ont été nombreux.